posts tagged: Kouka

  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka] INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka] INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka] INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka] INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka] INVITATION
For the new exhibition Street Art yesterday and today, Taglialatella Gallery, specialized in Pop Art, announces for the first time a tribute to one the last movement, as such, artistic and contemporary, crossing frontiers and times: The Street Art.
The purpose of the gallery is to show a thread on the current changes since the 80s in NYC until today and to focus on the influence of Pop Art with headlights artists like Keith Haring and Jean-Michel Basquiat. At first the two artists, who did not claimed themselves at the beginning as Street Artists, took on the street for its visibility so they could express themselves with an artistic vision their messages: they became decades later the spiritual fathers of the movement.
The real craze appears in the early 1990s with headlining artists Banksy and Shepard Fairey. The Street art begins to be democratized and be recognized as a fine art. Since that time, the extent of the movement is continuously growing. Street art is an ephemeral art, but claims to be seen and recognized by everyone. With this universal spirit and popular reach, it has many similarities with the Pop Art.
While presenting several Street Art masterpieces, the exhibition highlights the work of the French artist Kouka who is questioning in his painting the individual place in the society. His researches are based on the quest of identity, particularly when he introduces the writing above his canvas drawings. 
Kouka created a lot of sets in order to criticize the western society controlled by consummation and appearances. He denounces the narrow relationship between culture and consumerism and tries to show their dangerous association for the artistic creation. With the return to a “rough” painting, Kouka tries to break those codes of aestheticism and consumerism.
Kouka @ Street Art yesterday and today by Taglialatella Gallery13 Rue de Picardie Paris 3 - 15.03-26.04.2014Images adapted from photos by Philippe Coutellier, Agnès Laurent & Rery
[more Kouka]
  • INTERVENTION DE L’ARTISTE KOUKA : TAGS, MURALS ET GRAFFIT
À l’heure où le marché des d’oeuvres de street art explose, sommes-nous surs de bien comprendre le phénomène en cours ? Qu’est ce que le street art ? Pourquoi parlons-nous tantôt de street art, ou de graffiti, de tag ? Le philosophe Ollivier Pourriol (voir ici l’interview) avait distingué pour nous les notions de graffiti comme art ou vandalisme, notions que nous associons communément. Le street artiste Kouka illustre pour nous, au travers de son travail, comment les pratiques du graffiti, du tag, des murals, constituent une culture. Utilisée comme autant de codes par des artistes qui ont, entre autres, choisi la rue comme support de production et de diffusion, elle donne naissance à un mouvement : le street art.
Qu’est-ce que les tags, les murals et le graffiti ?Pouvoir parler de mon travail dans une école d’art est un plaisir, car à l’époque où je suis rentré en École d’art, le graffiti n’était pas considéré comme de l’art.
Je vais d’abord vous expliquer ce qu’est le tag, ce que sont les murals et ce que sont les graffitis, pour que nous ayons des bases de vocabulaire communes qui permettront de mieux aborder ensuite mon travail. Commençons par une vidéo qui illustre ma démarche. Dans ma vidéo « Guerriers Bantus », j’ai voulu répondre à un contexte, celui du Centre International des Civilisations Bantoues, projet qui n’a jamais vu le jour. De ce contexte est née une démarche. C’est ce que j’ai envie de vous faire découvrir : comment à partir du graffiti qui est une pratique, peut naître une démarche artistique.
Un tag, c’est ce que vous avez déjà vu sur vos portes peut être, ou sur les murs de votre propriété. Dans le langage du graffiti, on le nomme le  « blaze” c’est-à-dire une signature, un nom de code qu’on se choisit pour s’exprimer dans la rue. Les tags sont généralement assez moches. Ils ne sont pas faits pour plaire, mais pour marquer un territoire. Par exemple, les tags de Trane ne sont pas esthétiques, mais Trane est aujourd’hui le tagueur le plus connu en France. Pourquoi? Parce que c’est le tagueur qui a le plus “déchiré” la France, c’est-à-dire qui a le plus “peint” les murs de France. C’est pour cela qu’il est le tagueur le plus connu en France. Un jeu vidéo, où il s’agit de taguer les murs, a même été créé avec son nom. Ainsi, des personnes peuvent se faire connaître dans le tag sans que l’esthétisme ne compte. Pour les tagueurs, il y a deux écoles : taguer dans le plus de lieux possibles ou rechercher une certaine esthétique de la lettre. Dans ce dernier cas, il s’agit de la quête de la proportionnalité et de la dynamique de chaque lettre, mais c’est un exercice techniquement difficile à la bombe. La signature de l’Atlas, artiste reconnu aujourd’hui dans le monde de l’Art Contemporain, l’illustre bien : il s’est servi de sa pratique de marquage de territoire dans sa démarche artistique.
Les murals, ou les fresques, ce sont les murs peints comme dans les traditions des fresquistes en Amérique du Sud, à la gloire des hommes politiques, et qui sont arrivés aux Etats-Unis pour marquer le territoire des gangs.
Le graffiti, c’est ainsi le fait de peindre ou d’écrire sur les murs, et les tags et les murals composent le graffiti. Cela fait partie d’un mouvement qui est celui du hip-hop, venu des US, qui englobe le rap, le beat-boxing, le DJaying, la danse et le graffiti.
Kouka, street art et graffitiOn parle de street art depuis des décennies pour désigner, par ce terme, toutes les pratiques qui s’inscrivent dans l’espace urbain : peintures, collages, pochoirs, sculptures, mosaïques, installations, performances, etc. Aujourd’hui, le street art, plus qu’une pratique, est devenue un mouvement artistique.
Je suis moi-même un artiste issu du mouvement street art, car j’utilise les pratiques issues du graffiti et ses codes : la valorisation du soi, la culture de l’ego, le rythme, la spontanéité (voir vidéo de la performance au M.U.R)
À travers la fresque du M.U.R., qui, sur ce cas précis était une commande, donc légale, je me suis servi des codes du graffiti et du hip-hop. Au lieu d’écrire mon « blaze », j’ai voulu faire mon auto promotion. Peindre mon portrait était le meilleur moyen pour qu’on sache qui j’étais. Je casse le paradoxe du graffeur qui agit d’habitude dans l’illégalité (*), qui se masque et appose pourtant son blaze. Autre code du hip-hop que j’ai utilisé : les mots. Sur la musique que l’on entend, c’est moi qui rappe, qui a écrit les textes dans lequel je me remets dans la peau du jeune adolescent rebelle que j’étais et  qui le scande. Par-dessus mon autoportrait, j’ai réécrit mon propre texte, ce qui est encore une façon de s’auto promotionner et de parler de soi. Par-dessus l’autoportrait, qui reste une forme de masque, s’inscrit ainsi, un auto portrait plus intime.
Sur toile, je garde cette même spontanéité, cette même brutalité du geste que celle que j’ai lorsque je peins dans la rue : celle de l’urgence, de l’appréhension du flic qui passe. Cela a donné une série de toiles, sur le thème de l’autoportrait, thème récurrent dans l’histoire de l’art; et de cette culture du « moi Je ». Le grand format est important, car il rappelle la peinture murale: une peinture réalisée à la verticale, avec des coulures, qui témoignent plus de la performance que de la recherche d’un objet fini. Le visage, tour à tour, vient devant les écritures ou le cache, jusqu’à ce que le texte devienne en lui-même une image.
Dans un texte, il y a l’importance des mots et du sens, mais aussi son rythme, la façon d’être scandé. En mettant ce texte sur une toile, c’est une manière de l’affirmer, à la bombe, comme un graffiti, illisible pour les personnes qui ne connaissent pas le texte, comme le graffiti est illisible pour les gens qui n’en connaissent pas les codes. On peut ici s’en faire sa propre interprétation à partir de mots qu’on retrouve qui existent ou pas sur la toile.
En Russie, la fresque que j’ai faite reprend une peinture du réalisme socialiste, « Lénine parlant au peuple », mais c’est mon portrait qui prend la place de Lénine, encore une manière de parler de moi, et de laisser une trace de passage. (voir image)
J’ai agi de la même manière pour la fresque réalisée à Emmaüs. Emmaüs à l’origine est le village où le Christ a été aperçu après sa crucifixion. J’ai repris la peinture du Caravage le « Repas d’Emmaüs » où je me suis représenté à la place du Christ. (voir image)
Autre type de travail, le travail commencé dans la rue comme une démarche de graffiti au sol, le travail des silhouettes. Pourquoi au sol ? Car il y avait eu un oubli de la loi. Il n’y avait pas de loi contre la peinture au sol. Des silhouettes sont comme une trace de passages, des hommages aux sans abris. On marche sur ces silhouettes sans s’en rendre compte, avec cet aspect éphémère qui leur donne leur fragilité et leur poésie. (voir images)
Je l’ai ensuite fait sur les murs au pinceau. Chose curieuse, quand on peint à la bombe, les gens n’aiment pas, cela leur rappelle le tag. Mais quand on peint avec un pinceau, les passants ne contestent plus ! Ils trouvent que c’est beau, alors que la démarche est la même : ça coule, c’est mal fini et la démarche pas forcément légale. Alors, je continue à travailler dans la rue au pinceau. J’ai continué cette série sur toile en conservant cette même énergie, cette même spontanéité, et le geste unique. J’ai utilisé aussi ces affiches vertes ou bleues utilisées dans le métro pour recouvrir le tag ou les affiches, ce qui est une belle ironie.
À HEC, lors de ma résidence, j’ai dû trouver un subterfuge pour utiliser ma démarche sans peindre sur les murs : j’ai utilisé des bâches (voir images)  accrochées aux balcons des étudiants, comme une exposition dans l’espace public. Il s’agit des regards de Pascal, Delacroix et de La Tour, ces personnages des anciens billets de Franc. Ils font un pied de nez à l’école de commerce : le regard de l’argent est porté sur le campus.
Ainsi, en reprenant les codes de ces pratiques de graffiti, je réalise ma propre démarche artistique.
Pourquoi entend-on parler autant de street art, alors que le graffiti était complètement renié ? Parce qu’il est devenu un véritable mouvement et que son développement est fortement facilité par le développement d’un réseau de communication audiovisuelle à l’échelle mondiale. D’abord, les artistes qui ont utilisé l’espace public pour diffuser leurs travaux ont investi les villes. Et au même moment où Internet est arrivé, les street artistes ont commencé à prendre les photos de leur travail pour pallier l’éphémère et conserver la trace du passage. Ainsi, les artistes qui pratiquent un art éphémère pérennisent sur Internet leur art, et le diffusent à un public élargi. Plus besoin des galeries, des musées. La rue et Internet ont inversé la tendance. Les galeries sont venues à la recherche de ces artistes. Le graffiti, le street art sont ainsi rentrés dans les galeries, dans les maisons de vente, dans les musées et donc dans l’Histoire de l’Art. Banksy a vendu récemment à 80K. C’est ainsi que le street art est devenu le dernier grand mouvement de l’Histoire de l’Art.  
Décryptage illustré par le street artiste Kouka lors du cycle de conférence 2013-2013 du cercle culturel et artistique de Wavre (Belgique) en Mars 2013
Intervention retranscrite par Artchipel | Nathie Nakarat
  • INTERVENTION DE L’ARTISTE KOUKA : TAGS, MURALS ET GRAFFIT
À l’heure où le marché des d’oeuvres de street art explose, sommes-nous surs de bien comprendre le phénomène en cours ? Qu’est ce que le street art ? Pourquoi parlons-nous tantôt de street art, ou de graffiti, de tag ? Le philosophe Ollivier Pourriol (voir ici l’interview) avait distingué pour nous les notions de graffiti comme art ou vandalisme, notions que nous associons communément. Le street artiste Kouka illustre pour nous, au travers de son travail, comment les pratiques du graffiti, du tag, des murals, constituent une culture. Utilisée comme autant de codes par des artistes qui ont, entre autres, choisi la rue comme support de production et de diffusion, elle donne naissance à un mouvement : le street art.
Qu’est-ce que les tags, les murals et le graffiti ?Pouvoir parler de mon travail dans une école d’art est un plaisir, car à l’époque où je suis rentré en École d’art, le graffiti n’était pas considéré comme de l’art.
Je vais d’abord vous expliquer ce qu’est le tag, ce que sont les murals et ce que sont les graffitis, pour que nous ayons des bases de vocabulaire communes qui permettront de mieux aborder ensuite mon travail. Commençons par une vidéo qui illustre ma démarche. Dans ma vidéo « Guerriers Bantus », j’ai voulu répondre à un contexte, celui du Centre International des Civilisations Bantoues, projet qui n’a jamais vu le jour. De ce contexte est née une démarche. C’est ce que j’ai envie de vous faire découvrir : comment à partir du graffiti qui est une pratique, peut naître une démarche artistique.
Un tag, c’est ce que vous avez déjà vu sur vos portes peut être, ou sur les murs de votre propriété. Dans le langage du graffiti, on le nomme le  « blaze” c’est-à-dire une signature, un nom de code qu’on se choisit pour s’exprimer dans la rue. Les tags sont généralement assez moches. Ils ne sont pas faits pour plaire, mais pour marquer un territoire. Par exemple, les tags de Trane ne sont pas esthétiques, mais Trane est aujourd’hui le tagueur le plus connu en France. Pourquoi? Parce que c’est le tagueur qui a le plus “déchiré” la France, c’est-à-dire qui a le plus “peint” les murs de France. C’est pour cela qu’il est le tagueur le plus connu en France. Un jeu vidéo, où il s’agit de taguer les murs, a même été créé avec son nom. Ainsi, des personnes peuvent se faire connaître dans le tag sans que l’esthétisme ne compte. Pour les tagueurs, il y a deux écoles : taguer dans le plus de lieux possibles ou rechercher une certaine esthétique de la lettre. Dans ce dernier cas, il s’agit de la quête de la proportionnalité et de la dynamique de chaque lettre, mais c’est un exercice techniquement difficile à la bombe. La signature de l’Atlas, artiste reconnu aujourd’hui dans le monde de l’Art Contemporain, l’illustre bien : il s’est servi de sa pratique de marquage de territoire dans sa démarche artistique.
Les murals, ou les fresques, ce sont les murs peints comme dans les traditions des fresquistes en Amérique du Sud, à la gloire des hommes politiques, et qui sont arrivés aux Etats-Unis pour marquer le territoire des gangs.
Le graffiti, c’est ainsi le fait de peindre ou d’écrire sur les murs, et les tags et les murals composent le graffiti. Cela fait partie d’un mouvement qui est celui du hip-hop, venu des US, qui englobe le rap, le beat-boxing, le DJaying, la danse et le graffiti.
Kouka, street art et graffitiOn parle de street art depuis des décennies pour désigner, par ce terme, toutes les pratiques qui s’inscrivent dans l’espace urbain : peintures, collages, pochoirs, sculptures, mosaïques, installations, performances, etc. Aujourd’hui, le street art, plus qu’une pratique, est devenue un mouvement artistique.
Je suis moi-même un artiste issu du mouvement street art, car j’utilise les pratiques issues du graffiti et ses codes : la valorisation du soi, la culture de l’ego, le rythme, la spontanéité (voir vidéo de la performance au M.U.R)
À travers la fresque du M.U.R., qui, sur ce cas précis était une commande, donc légale, je me suis servi des codes du graffiti et du hip-hop. Au lieu d’écrire mon « blaze », j’ai voulu faire mon auto promotion. Peindre mon portrait était le meilleur moyen pour qu’on sache qui j’étais. Je casse le paradoxe du graffeur qui agit d’habitude dans l’illégalité (*), qui se masque et appose pourtant son blaze. Autre code du hip-hop que j’ai utilisé : les mots. Sur la musique que l’on entend, c’est moi qui rappe, qui a écrit les textes dans lequel je me remets dans la peau du jeune adolescent rebelle que j’étais et  qui le scande. Par-dessus mon autoportrait, j’ai réécrit mon propre texte, ce qui est encore une façon de s’auto promotionner et de parler de soi. Par-dessus l’autoportrait, qui reste une forme de masque, s’inscrit ainsi, un auto portrait plus intime.
Sur toile, je garde cette même spontanéité, cette même brutalité du geste que celle que j’ai lorsque je peins dans la rue : celle de l’urgence, de l’appréhension du flic qui passe. Cela a donné une série de toiles, sur le thème de l’autoportrait, thème récurrent dans l’histoire de l’art; et de cette culture du « moi Je ». Le grand format est important, car il rappelle la peinture murale: une peinture réalisée à la verticale, avec des coulures, qui témoignent plus de la performance que de la recherche d’un objet fini. Le visage, tour à tour, vient devant les écritures ou le cache, jusqu’à ce que le texte devienne en lui-même une image.
Dans un texte, il y a l’importance des mots et du sens, mais aussi son rythme, la façon d’être scandé. En mettant ce texte sur une toile, c’est une manière de l’affirmer, à la bombe, comme un graffiti, illisible pour les personnes qui ne connaissent pas le texte, comme le graffiti est illisible pour les gens qui n’en connaissent pas les codes. On peut ici s’en faire sa propre interprétation à partir de mots qu’on retrouve qui existent ou pas sur la toile.
En Russie, la fresque que j’ai faite reprend une peinture du réalisme socialiste, « Lénine parlant au peuple », mais c’est mon portrait qui prend la place de Lénine, encore une manière de parler de moi, et de laisser une trace de passage. (voir image)
J’ai agi de la même manière pour la fresque réalisée à Emmaüs. Emmaüs à l’origine est le village où le Christ a été aperçu après sa crucifixion. J’ai repris la peinture du Caravage le « Repas d’Emmaüs » où je me suis représenté à la place du Christ. (voir image)
Autre type de travail, le travail commencé dans la rue comme une démarche de graffiti au sol, le travail des silhouettes. Pourquoi au sol ? Car il y avait eu un oubli de la loi. Il n’y avait pas de loi contre la peinture au sol. Des silhouettes sont comme une trace de passages, des hommages aux sans abris. On marche sur ces silhouettes sans s’en rendre compte, avec cet aspect éphémère qui leur donne leur fragilité et leur poésie. (voir images)
Je l’ai ensuite fait sur les murs au pinceau. Chose curieuse, quand on peint à la bombe, les gens n’aiment pas, cela leur rappelle le tag. Mais quand on peint avec un pinceau, les passants ne contestent plus ! Ils trouvent que c’est beau, alors que la démarche est la même : ça coule, c’est mal fini et la démarche pas forcément légale. Alors, je continue à travailler dans la rue au pinceau. J’ai continué cette série sur toile en conservant cette même énergie, cette même spontanéité, et le geste unique. J’ai utilisé aussi ces affiches vertes ou bleues utilisées dans le métro pour recouvrir le tag ou les affiches, ce qui est une belle ironie.
À HEC, lors de ma résidence, j’ai dû trouver un subterfuge pour utiliser ma démarche sans peindre sur les murs : j’ai utilisé des bâches (voir images)  accrochées aux balcons des étudiants, comme une exposition dans l’espace public. Il s’agit des regards de Pascal, Delacroix et de La Tour, ces personnages des anciens billets de Franc. Ils font un pied de nez à l’école de commerce : le regard de l’argent est porté sur le campus.
Ainsi, en reprenant les codes de ces pratiques de graffiti, je réalise ma propre démarche artistique.
Pourquoi entend-on parler autant de street art, alors que le graffiti était complètement renié ? Parce qu’il est devenu un véritable mouvement et que son développement est fortement facilité par le développement d’un réseau de communication audiovisuelle à l’échelle mondiale. D’abord, les artistes qui ont utilisé l’espace public pour diffuser leurs travaux ont investi les villes. Et au même moment où Internet est arrivé, les street artistes ont commencé à prendre les photos de leur travail pour pallier l’éphémère et conserver la trace du passage. Ainsi, les artistes qui pratiquent un art éphémère pérennisent sur Internet leur art, et le diffusent à un public élargi. Plus besoin des galeries, des musées. La rue et Internet ont inversé la tendance. Les galeries sont venues à la recherche de ces artistes. Le graffiti, le street art sont ainsi rentrés dans les galeries, dans les maisons de vente, dans les musées et donc dans l’Histoire de l’Art. Banksy a vendu récemment à 80K. C’est ainsi que le street art est devenu le dernier grand mouvement de l’Histoire de l’Art.  
Décryptage illustré par le street artiste Kouka lors du cycle de conférence 2013-2013 du cercle culturel et artistique de Wavre (Belgique) en Mars 2013
Intervention retranscrite par Artchipel | Nathie Nakarat
  • INTERVENTION DE L’ARTISTE KOUKA : TAGS, MURALS ET GRAFFIT
À l’heure où le marché des d’oeuvres de street art explose, sommes-nous surs de bien comprendre le phénomène en cours ? Qu’est ce que le street art ? Pourquoi parlons-nous tantôt de street art, ou de graffiti, de tag ? Le philosophe Ollivier Pourriol (voir ici l’interview) avait distingué pour nous les notions de graffiti comme art ou vandalisme, notions que nous associons communément. Le street artiste Kouka illustre pour nous, au travers de son travail, comment les pratiques du graffiti, du tag, des murals, constituent une culture. Utilisée comme autant de codes par des artistes qui ont, entre autres, choisi la rue comme support de production et de diffusion, elle donne naissance à un mouvement : le street art.
Qu’est-ce que les tags, les murals et le graffiti ?Pouvoir parler de mon travail dans une école d’art est un plaisir, car à l’époque où je suis rentré en École d’art, le graffiti n’était pas considéré comme de l’art.
Je vais d’abord vous expliquer ce qu’est le tag, ce que sont les murals et ce que sont les graffitis, pour que nous ayons des bases de vocabulaire communes qui permettront de mieux aborder ensuite mon travail. Commençons par une vidéo qui illustre ma démarche. Dans ma vidéo « Guerriers Bantus », j’ai voulu répondre à un contexte, celui du Centre International des Civilisations Bantoues, projet qui n’a jamais vu le jour. De ce contexte est née une démarche. C’est ce que j’ai envie de vous faire découvrir : comment à partir du graffiti qui est une pratique, peut naître une démarche artistique.
Un tag, c’est ce que vous avez déjà vu sur vos portes peut être, ou sur les murs de votre propriété. Dans le langage du graffiti, on le nomme le  « blaze” c’est-à-dire une signature, un nom de code qu’on se choisit pour s’exprimer dans la rue. Les tags sont généralement assez moches. Ils ne sont pas faits pour plaire, mais pour marquer un territoire. Par exemple, les tags de Trane ne sont pas esthétiques, mais Trane est aujourd’hui le tagueur le plus connu en France. Pourquoi? Parce que c’est le tagueur qui a le plus “déchiré” la France, c’est-à-dire qui a le plus “peint” les murs de France. C’est pour cela qu’il est le tagueur le plus connu en France. Un jeu vidéo, où il s’agit de taguer les murs, a même été créé avec son nom. Ainsi, des personnes peuvent se faire connaître dans le tag sans que l’esthétisme ne compte. Pour les tagueurs, il y a deux écoles : taguer dans le plus de lieux possibles ou rechercher une certaine esthétique de la lettre. Dans ce dernier cas, il s’agit de la quête de la proportionnalité et de la dynamique de chaque lettre, mais c’est un exercice techniquement difficile à la bombe. La signature de l’Atlas, artiste reconnu aujourd’hui dans le monde de l’Art Contemporain, l’illustre bien : il s’est servi de sa pratique de marquage de territoire dans sa démarche artistique.
Les murals, ou les fresques, ce sont les murs peints comme dans les traditions des fresquistes en Amérique du Sud, à la gloire des hommes politiques, et qui sont arrivés aux Etats-Unis pour marquer le territoire des gangs.
Le graffiti, c’est ainsi le fait de peindre ou d’écrire sur les murs, et les tags et les murals composent le graffiti. Cela fait partie d’un mouvement qui est celui du hip-hop, venu des US, qui englobe le rap, le beat-boxing, le DJaying, la danse et le graffiti.
Kouka, street art et graffitiOn parle de street art depuis des décennies pour désigner, par ce terme, toutes les pratiques qui s’inscrivent dans l’espace urbain : peintures, collages, pochoirs, sculptures, mosaïques, installations, performances, etc. Aujourd’hui, le street art, plus qu’une pratique, est devenue un mouvement artistique.
Je suis moi-même un artiste issu du mouvement street art, car j’utilise les pratiques issues du graffiti et ses codes : la valorisation du soi, la culture de l’ego, le rythme, la spontanéité (voir vidéo de la performance au M.U.R)
À travers la fresque du M.U.R., qui, sur ce cas précis était une commande, donc légale, je me suis servi des codes du graffiti et du hip-hop. Au lieu d’écrire mon « blaze », j’ai voulu faire mon auto promotion. Peindre mon portrait était le meilleur moyen pour qu’on sache qui j’étais. Je casse le paradoxe du graffeur qui agit d’habitude dans l’illégalité (*), qui se masque et appose pourtant son blaze. Autre code du hip-hop que j’ai utilisé : les mots. Sur la musique que l’on entend, c’est moi qui rappe, qui a écrit les textes dans lequel je me remets dans la peau du jeune adolescent rebelle que j’étais et  qui le scande. Par-dessus mon autoportrait, j’ai réécrit mon propre texte, ce qui est encore une façon de s’auto promotionner et de parler de soi. Par-dessus l’autoportrait, qui reste une forme de masque, s’inscrit ainsi, un auto portrait plus intime.
Sur toile, je garde cette même spontanéité, cette même brutalité du geste que celle que j’ai lorsque je peins dans la rue : celle de l’urgence, de l’appréhension du flic qui passe. Cela a donné une série de toiles, sur le thème de l’autoportrait, thème récurrent dans l’histoire de l’art; et de cette culture du « moi Je ». Le grand format est important, car il rappelle la peinture murale: une peinture réalisée à la verticale, avec des coulures, qui témoignent plus de la performance que de la recherche d’un objet fini. Le visage, tour à tour, vient devant les écritures ou le cache, jusqu’à ce que le texte devienne en lui-même une image.
Dans un texte, il y a l’importance des mots et du sens, mais aussi son rythme, la façon d’être scandé. En mettant ce texte sur une toile, c’est une manière de l’affirmer, à la bombe, comme un graffiti, illisible pour les personnes qui ne connaissent pas le texte, comme le graffiti est illisible pour les gens qui n’en connaissent pas les codes. On peut ici s’en faire sa propre interprétation à partir de mots qu’on retrouve qui existent ou pas sur la toile.
En Russie, la fresque que j’ai faite reprend une peinture du réalisme socialiste, « Lénine parlant au peuple », mais c’est mon portrait qui prend la place de Lénine, encore une manière de parler de moi, et de laisser une trace de passage. (voir image)
J’ai agi de la même manière pour la fresque réalisée à Emmaüs. Emmaüs à l’origine est le village où le Christ a été aperçu après sa crucifixion. J’ai repris la peinture du Caravage le « Repas d’Emmaüs » où je me suis représenté à la place du Christ. (voir image)
Autre type de travail, le travail commencé dans la rue comme une démarche de graffiti au sol, le travail des silhouettes. Pourquoi au sol ? Car il y avait eu un oubli de la loi. Il n’y avait pas de loi contre la peinture au sol. Des silhouettes sont comme une trace de passages, des hommages aux sans abris. On marche sur ces silhouettes sans s’en rendre compte, avec cet aspect éphémère qui leur donne leur fragilité et leur poésie. (voir images)
Je l’ai ensuite fait sur les murs au pinceau. Chose curieuse, quand on peint à la bombe, les gens n’aiment pas, cela leur rappelle le tag. Mais quand on peint avec un pinceau, les passants ne contestent plus ! Ils trouvent que c’est beau, alors que la démarche est la même : ça coule, c’est mal fini et la démarche pas forcément légale. Alors, je continue à travailler dans la rue au pinceau. J’ai continué cette série sur toile en conservant cette même énergie, cette même spontanéité, et le geste unique. J’ai utilisé aussi ces affiches vertes ou bleues utilisées dans le métro pour recouvrir le tag ou les affiches, ce qui est une belle ironie.
À HEC, lors de ma résidence, j’ai dû trouver un subterfuge pour utiliser ma démarche sans peindre sur les murs : j’ai utilisé des bâches (voir images)  accrochées aux balcons des étudiants, comme une exposition dans l’espace public. Il s’agit des regards de Pascal, Delacroix et de La Tour, ces personnages des anciens billets de Franc. Ils font un pied de nez à l’école de commerce : le regard de l’argent est porté sur le campus.
Ainsi, en reprenant les codes de ces pratiques de graffiti, je réalise ma propre démarche artistique.
Pourquoi entend-on parler autant de street art, alors que le graffiti était complètement renié ? Parce qu’il est devenu un véritable mouvement et que son développement est fortement facilité par le développement d’un réseau de communication audiovisuelle à l’échelle mondiale. D’abord, les artistes qui ont utilisé l’espace public pour diffuser leurs travaux ont investi les villes. Et au même moment où Internet est arrivé, les street artistes ont commencé à prendre les photos de leur travail pour pallier l’éphémère et conserver la trace du passage. Ainsi, les artistes qui pratiquent un art éphémère pérennisent sur Internet leur art, et le diffusent à un public élargi. Plus besoin des galeries, des musées. La rue et Internet ont inversé la tendance. Les galeries sont venues à la recherche de ces artistes. Le graffiti, le street art sont ainsi rentrés dans les galeries, dans les maisons de vente, dans les musées et donc dans l’Histoire de l’Art. Banksy a vendu récemment à 80K. C’est ainsi que le street art est devenu le dernier grand mouvement de l’Histoire de l’Art.  
Décryptage illustré par le street artiste Kouka lors du cycle de conférence 2013-2013 du cercle culturel et artistique de Wavre (Belgique) en Mars 2013
Intervention retranscrite par Artchipel | Nathie Nakarat
  • INTERVENTION DE L’ARTISTE KOUKA : TAGS, MURALS ET GRAFFIT
À l’heure où le marché des d’oeuvres de street art explose, sommes-nous surs de bien comprendre le phénomène en cours ? Qu’est ce que le street art ? Pourquoi parlons-nous tantôt de street art, ou de graffiti, de tag ? Le philosophe Ollivier Pourriol (voir ici l’interview) avait distingué pour nous les notions de graffiti comme art ou vandalisme, notions que nous associons communément. Le street artiste Kouka illustre pour nous, au travers de son travail, comment les pratiques du graffiti, du tag, des murals, constituent une culture. Utilisée comme autant de codes par des artistes qui ont, entre autres, choisi la rue comme support de production et de diffusion, elle donne naissance à un mouvement : le street art.
Qu’est-ce que les tags, les murals et le graffiti ?Pouvoir parler de mon travail dans une école d’art est un plaisir, car à l’époque où je suis rentré en École d’art, le graffiti n’était pas considéré comme de l’art.
Je vais d’abord vous expliquer ce qu’est le tag, ce que sont les murals et ce que sont les graffitis, pour que nous ayons des bases de vocabulaire communes qui permettront de mieux aborder ensuite mon travail. Commençons par une vidéo qui illustre ma démarche. Dans ma vidéo « Guerriers Bantus », j’ai voulu répondre à un contexte, celui du Centre International des Civilisations Bantoues, projet qui n’a jamais vu le jour. De ce contexte est née une démarche. C’est ce que j’ai envie de vous faire découvrir : comment à partir du graffiti qui est une pratique, peut naître une démarche artistique.
Un tag, c’est ce que vous avez déjà vu sur vos portes peut être, ou sur les murs de votre propriété. Dans le langage du graffiti, on le nomme le  « blaze” c’est-à-dire une signature, un nom de code qu’on se choisit pour s’exprimer dans la rue. Les tags sont généralement assez moches. Ils ne sont pas faits pour plaire, mais pour marquer un territoire. Par exemple, les tags de Trane ne sont pas esthétiques, mais Trane est aujourd’hui le tagueur le plus connu en France. Pourquoi? Parce que c’est le tagueur qui a le plus “déchiré” la France, c’est-à-dire qui a le plus “peint” les murs de France. C’est pour cela qu’il est le tagueur le plus connu en France. Un jeu vidéo, où il s’agit de taguer les murs, a même été créé avec son nom. Ainsi, des personnes peuvent se faire connaître dans le tag sans que l’esthétisme ne compte. Pour les tagueurs, il y a deux écoles : taguer dans le plus de lieux possibles ou rechercher une certaine esthétique de la lettre. Dans ce dernier cas, il s’agit de la quête de la proportionnalité et de la dynamique de chaque lettre, mais c’est un exercice techniquement difficile à la bombe. La signature de l’Atlas, artiste reconnu aujourd’hui dans le monde de l’Art Contemporain, l’illustre bien : il s’est servi de sa pratique de marquage de territoire dans sa démarche artistique.
Les murals, ou les fresques, ce sont les murs peints comme dans les traditions des fresquistes en Amérique du Sud, à la gloire des hommes politiques, et qui sont arrivés aux Etats-Unis pour marquer le territoire des gangs.
Le graffiti, c’est ainsi le fait de peindre ou d’écrire sur les murs, et les tags et les murals composent le graffiti. Cela fait partie d’un mouvement qui est celui du hip-hop, venu des US, qui englobe le rap, le beat-boxing, le DJaying, la danse et le graffiti.
Kouka, street art et graffitiOn parle de street art depuis des décennies pour désigner, par ce terme, toutes les pratiques qui s’inscrivent dans l’espace urbain : peintures, collages, pochoirs, sculptures, mosaïques, installations, performances, etc. Aujourd’hui, le street art, plus qu’une pratique, est devenue un mouvement artistique.
Je suis moi-même un artiste issu du mouvement street art, car j’utilise les pratiques issues du graffiti et ses codes : la valorisation du soi, la culture de l’ego, le rythme, la spontanéité (voir vidéo de la performance au M.U.R)
À travers la fresque du M.U.R., qui, sur ce cas précis était une commande, donc légale, je me suis servi des codes du graffiti et du hip-hop. Au lieu d’écrire mon « blaze », j’ai voulu faire mon auto promotion. Peindre mon portrait était le meilleur moyen pour qu’on sache qui j’étais. Je casse le paradoxe du graffeur qui agit d’habitude dans l’illégalité (*), qui se masque et appose pourtant son blaze. Autre code du hip-hop que j’ai utilisé : les mots. Sur la musique que l’on entend, c’est moi qui rappe, qui a écrit les textes dans lequel je me remets dans la peau du jeune adolescent rebelle que j’étais et  qui le scande. Par-dessus mon autoportrait, j’ai réécrit mon propre texte, ce qui est encore une façon de s’auto promotionner et de parler de soi. Par-dessus l’autoportrait, qui reste une forme de masque, s’inscrit ainsi, un auto portrait plus intime.
Sur toile, je garde cette même spontanéité, cette même brutalité du geste que celle que j’ai lorsque je peins dans la rue : celle de l’urgence, de l’appréhension du flic qui passe. Cela a donné une série de toiles, sur le thème de l’autoportrait, thème récurrent dans l’histoire de l’art; et de cette culture du « moi Je ». Le grand format est important, car il rappelle la peinture murale: une peinture réalisée à la verticale, avec des coulures, qui témoignent plus de la performance que de la recherche d’un objet fini. Le visage, tour à tour, vient devant les écritures ou le cache, jusqu’à ce que le texte devienne en lui-même une image.
Dans un texte, il y a l’importance des mots et du sens, mais aussi son rythme, la façon d’être scandé. En mettant ce texte sur une toile, c’est une manière de l’affirmer, à la bombe, comme un graffiti, illisible pour les personnes qui ne connaissent pas le texte, comme le graffiti est illisible pour les gens qui n’en connaissent pas les codes. On peut ici s’en faire sa propre interprétation à partir de mots qu’on retrouve qui existent ou pas sur la toile.
En Russie, la fresque que j’ai faite reprend une peinture du réalisme socialiste, « Lénine parlant au peuple », mais c’est mon portrait qui prend la place de Lénine, encore une manière de parler de moi, et de laisser une trace de passage. (voir image)
J’ai agi de la même manière pour la fresque réalisée à Emmaüs. Emmaüs à l’origine est le village où le Christ a été aperçu après sa crucifixion. J’ai repris la peinture du Caravage le « Repas d’Emmaüs » où je me suis représenté à la place du Christ. (voir image)
Autre type de travail, le travail commencé dans la rue comme une démarche de graffiti au sol, le travail des silhouettes. Pourquoi au sol ? Car il y avait eu un oubli de la loi. Il n’y avait pas de loi contre la peinture au sol. Des silhouettes sont comme une trace de passages, des hommages aux sans abris. On marche sur ces silhouettes sans s’en rendre compte, avec cet aspect éphémère qui leur donne leur fragilité et leur poésie. (voir images)
Je l’ai ensuite fait sur les murs au pinceau. Chose curieuse, quand on peint à la bombe, les gens n’aiment pas, cela leur rappelle le tag. Mais quand on peint avec un pinceau, les passants ne contestent plus ! Ils trouvent que c’est beau, alors que la démarche est la même : ça coule, c’est mal fini et la démarche pas forcément légale. Alors, je continue à travailler dans la rue au pinceau. J’ai continué cette série sur toile en conservant cette même énergie, cette même spontanéité, et le geste unique. J’ai utilisé aussi ces affiches vertes ou bleues utilisées dans le métro pour recouvrir le tag ou les affiches, ce qui est une belle ironie.
À HEC, lors de ma résidence, j’ai dû trouver un subterfuge pour utiliser ma démarche sans peindre sur les murs : j’ai utilisé des bâches (voir images)  accrochées aux balcons des étudiants, comme une exposition dans l’espace public. Il s’agit des regards de Pascal, Delacroix et de La Tour, ces personnages des anciens billets de Franc. Ils font un pied de nez à l’école de commerce : le regard de l’argent est porté sur le campus.
Ainsi, en reprenant les codes de ces pratiques de graffiti, je réalise ma propre démarche artistique.
Pourquoi entend-on parler autant de street art, alors que le graffiti était complètement renié ? Parce qu’il est devenu un véritable mouvement et que son développement est fortement facilité par le développement d’un réseau de communication audiovisuelle à l’échelle mondiale. D’abord, les artistes qui ont utilisé l’espace public pour diffuser leurs travaux ont investi les villes. Et au même moment où Internet est arrivé, les street artistes ont commencé à prendre les photos de leur travail pour pallier l’éphémère et conserver la trace du passage. Ainsi, les artistes qui pratiquent un art éphémère pérennisent sur Internet leur art, et le diffusent à un public élargi. Plus besoin des galeries, des musées. La rue et Internet ont inversé la tendance. Les galeries sont venues à la recherche de ces artistes. Le graffiti, le street art sont ainsi rentrés dans les galeries, dans les maisons de vente, dans les musées et donc dans l’Histoire de l’Art. Banksy a vendu récemment à 80K. C’est ainsi que le street art est devenu le dernier grand mouvement de l’Histoire de l’Art.  
Décryptage illustré par le street artiste Kouka lors du cycle de conférence 2013-2013 du cercle culturel et artistique de Wavre (Belgique) en Mars 2013
Intervention retranscrite par Artchipel | Nathie Nakarat
INTERVENTION DE L’ARTISTE KOUKA : TAGS, MURALS ET GRAFFIT
À l’heure où le marché des d’oeuvres de street art explose, sommes-nous surs de bien comprendre le phénomène en cours ? Qu’est ce que le street art ? Pourquoi parlons-nous tantôt de street art, ou de graffiti, de tag ? Le philosophe Ollivier Pourriol (voir ici l’interview) avait distingué pour nous les notions de graffiti comme art ou vandalisme, notions que nous associons communément. Le street artiste Kouka illustre pour nous, au travers de son travail, comment les pratiques du graffiti, du tag, des murals, constituent une culture. Utilisée comme autant de codes par des artistes qui ont, entre autres, choisi la rue comme support de production et de diffusion, elle donne naissance à un mouvement : le street art.
Qu’est-ce que les tags, les murals et le graffiti ?Pouvoir parler de mon travail dans une école d’art est un plaisir, car à l’époque où je suis rentré en École d’art, le graffiti n’était pas considéré comme de l’art.
Je vais d’abord vous expliquer ce qu’est le tag, ce que sont les murals et ce que sont les graffitis, pour que nous ayons des bases de vocabulaire communes qui permettront de mieux aborder ensuite mon travail. Commençons par une vidéo qui illustre ma démarche. Dans ma vidéo « Guerriers Bantus », j’ai voulu répondre à un contexte, celui du Centre International des Civilisations Bantoues, projet qui n’a jamais vu le jour. De ce contexte est née une démarche. C’est ce que j’ai envie de vous faire découvrir : comment à partir du graffiti qui est une pratique, peut naître une démarche artistique.
Un tag, c’est ce que vous avez déjà vu sur vos portes peut être, ou sur les murs de votre propriété. Dans le langage du graffiti, on le nomme le  « blaze” c’est-à-dire une signature, un nom de code qu’on se choisit pour s’exprimer dans la rue. Les tags sont généralement assez moches. Ils ne sont pas faits pour plaire, mais pour marquer un territoire. Par exemple, les tags de Trane ne sont pas esthétiques, mais Trane est aujourd’hui le tagueur le plus connu en France. Pourquoi? Parce que c’est le tagueur qui a le plus “déchiré” la France, c’est-à-dire qui a le plus “peint” les murs de France. C’est pour cela qu’il est le tagueur le plus connu en France. Un jeu vidéo, où il s’agit de taguer les murs, a même été créé avec son nom. Ainsi, des personnes peuvent se faire connaître dans le tag sans que l’esthétisme ne compte. Pour les tagueurs, il y a deux écoles : taguer dans le plus de lieux possibles ou rechercher une certaine esthétique de la lettre. Dans ce dernier cas, il s’agit de la quête de la proportionnalité et de la dynamique de chaque lettre, mais c’est un exercice techniquement difficile à la bombe. La signature de l’Atlas, artiste reconnu aujourd’hui dans le monde de l’Art Contemporain, l’illustre bien : il s’est servi de sa pratique de marquage de territoire dans sa démarche artistique.
Les murals, ou les fresques, ce sont les murs peints comme dans les traditions des fresquistes en Amérique du Sud, à la gloire des hommes politiques, et qui sont arrivés aux Etats-Unis pour marquer le territoire des gangs.
Le graffiti, c’est ainsi le fait de peindre ou d’écrire sur les murs, et les tags et les murals composent le graffiti. Cela fait partie d’un mouvement qui est celui du hip-hop, venu des US, qui englobe le rap, le beat-boxing, le DJaying, la danse et le graffiti.
Kouka, street art et graffitiOn parle de street art depuis des décennies pour désigner, par ce terme, toutes les pratiques qui s’inscrivent dans l’espace urbain : peintures, collages, pochoirs, sculptures, mosaïques, installations, performances, etc. Aujourd’hui, le street art, plus qu’une pratique, est devenue un mouvement artistique.
Je suis moi-même un artiste issu du mouvement street art, car j’utilise les pratiques issues du graffiti et ses codes : la valorisation du soi, la culture de l’ego, le rythme, la spontanéité (voir vidéo de la performance au M.U.R)
À travers la fresque du M.U.R., qui, sur ce cas précis était une commande, donc légale, je me suis servi des codes du graffiti et du hip-hop. Au lieu d’écrire mon « blaze », j’ai voulu faire mon auto promotion. Peindre mon portrait était le meilleur moyen pour qu’on sache qui j’étais. Je casse le paradoxe du graffeur qui agit d’habitude dans l’illégalité (*), qui se masque et appose pourtant son blaze. Autre code du hip-hop que j’ai utilisé : les mots. Sur la musique que l’on entend, c’est moi qui rappe, qui a écrit les textes dans lequel je me remets dans la peau du jeune adolescent rebelle que j’étais et  qui le scande. Par-dessus mon autoportrait, j’ai réécrit mon propre texte, ce qui est encore une façon de s’auto promotionner et de parler de soi. Par-dessus l’autoportrait, qui reste une forme de masque, s’inscrit ainsi, un auto portrait plus intime.
Sur toile, je garde cette même spontanéité, cette même brutalité du geste que celle que j’ai lorsque je peins dans la rue : celle de l’urgence, de l’appréhension du flic qui passe. Cela a donné une série de toiles, sur le thème de l’autoportrait, thème récurrent dans l’histoire de l’art; et de cette culture du « moi Je ». Le grand format est important, car il rappelle la peinture murale: une peinture réalisée à la verticale, avec des coulures, qui témoignent plus de la performance que de la recherche d’un objet fini. Le visage, tour à tour, vient devant les écritures ou le cache, jusqu’à ce que le texte devienne en lui-même une image.
Dans un texte, il y a l’importance des mots et du sens, mais aussi son rythme, la façon d’être scandé. En mettant ce texte sur une toile, c’est une manière de l’affirmer, à la bombe, comme un graffiti, illisible pour les personnes qui ne connaissent pas le texte, comme le graffiti est illisible pour les gens qui n’en connaissent pas les codes. On peut ici s’en faire sa propre interprétation à partir de mots qu’on retrouve qui existent ou pas sur la toile.
En Russie, la fresque que j’ai faite reprend une peinture du réalisme socialiste, « Lénine parlant au peuple », mais c’est mon portrait qui prend la place de Lénine, encore une manière de parler de moi, et de laisser une trace de passage. (voir image)
J’ai agi de la même manière pour la fresque réalisée à Emmaüs. Emmaüs à l’origine est le village où le Christ a été aperçu après sa crucifixion. J’ai repris la peinture du Caravage le « Repas d’Emmaüs » où je me suis représenté à la place du Christ. (voir image)
Autre type de travail, le travail commencé dans la rue comme une démarche de graffiti au sol, le travail des silhouettes. Pourquoi au sol ? Car il y avait eu un oubli de la loi. Il n’y avait pas de loi contre la peinture au sol. Des silhouettes sont comme une trace de passages, des hommages aux sans abris. On marche sur ces silhouettes sans s’en rendre compte, avec cet aspect éphémère qui leur donne leur fragilité et leur poésie. (voir images)
Je l’ai ensuite fait sur les murs au pinceau. Chose curieuse, quand on peint à la bombe, les gens n’aiment pas, cela leur rappelle le tag. Mais quand on peint avec un pinceau, les passants ne contestent plus ! Ils trouvent que c’est beau, alors que la démarche est la même : ça coule, c’est mal fini et la démarche pas forcément légale. Alors, je continue à travailler dans la rue au pinceau. J’ai continué cette série sur toile en conservant cette même énergie, cette même spontanéité, et le geste unique. J’ai utilisé aussi ces affiches vertes ou bleues utilisées dans le métro pour recouvrir le tag ou les affiches, ce qui est une belle ironie.
À HEC, lors de ma résidence, j’ai dû trouver un subterfuge pour utiliser ma démarche sans peindre sur les murs : j’ai utilisé des bâches (voir images)  accrochées aux balcons des étudiants, comme une exposition dans l’espace public. Il s’agit des regards de Pascal, Delacroix et de La Tour, ces personnages des anciens billets de Franc. Ils font un pied de nez à l’école de commerce : le regard de l’argent est porté sur le campus.
Ainsi, en reprenant les codes de ces pratiques de graffiti, je réalise ma propre démarche artistique.
Pourquoi entend-on parler autant de street art, alors que le graffiti était complètement renié ? Parce qu’il est devenu un véritable mouvement et que son développement est fortement facilité par le développement d’un réseau de communication audiovisuelle à l’échelle mondiale. D’abord, les artistes qui ont utilisé l’espace public pour diffuser leurs travaux ont investi les villes. Et au même moment où Internet est arrivé, les street artistes ont commencé à prendre les photos de leur travail pour pallier l’éphémère et conserver la trace du passage. Ainsi, les artistes qui pratiquent un art éphémère pérennisent sur Internet leur art, et le diffusent à un public élargi. Plus besoin des galeries, des musées. La rue et Internet ont inversé la tendance. Les galeries sont venues à la recherche de ces artistes. Le graffiti, le street art sont ainsi rentrés dans les galeries, dans les maisons de vente, dans les musées et donc dans l’Histoire de l’Art. Banksy a vendu récemment à 80K. C’est ainsi que le street art est devenu le dernier grand mouvement de l’Histoire de l’Art.  
Décryptage illustré par le street artiste Kouka lors du cycle de conférence 2013-2013 du cercle culturel et artistique de Wavre (Belgique) en Mars 2013
Intervention retranscrite par Artchipel | Nathie Nakarat INTERVENTION DE L’ARTISTE KOUKA : TAGS, MURALS ET GRAFFIT
À l’heure où le marché des d’oeuvres de street art explose, sommes-nous surs de bien comprendre le phénomène en cours ? Qu’est ce que le street art ? Pourquoi parlons-nous tantôt de street art, ou de graffiti, de tag ? Le philosophe Ollivier Pourriol (voir ici l’interview) avait distingué pour nous les notions de graffiti comme art ou vandalisme, notions que nous associons communément. Le street artiste Kouka illustre pour nous, au travers de son travail, comment les pratiques du graffiti, du tag, des murals, constituent une culture. Utilisée comme autant de codes par des artistes qui ont, entre autres, choisi la rue comme support de production et de diffusion, elle donne naissance à un mouvement : le street art.
Qu’est-ce que les tags, les murals et le graffiti ?Pouvoir parler de mon travail dans une école d’art est un plaisir, car à l’époque où je suis rentré en École d’art, le graffiti n’était pas considéré comme de l’art.
Je vais d’abord vous expliquer ce qu’est le tag, ce que sont les murals et ce que sont les graffitis, pour que nous ayons des bases de vocabulaire communes qui permettront de mieux aborder ensuite mon travail. Commençons par une vidéo qui illustre ma démarche. Dans ma vidéo « Guerriers Bantus », j’ai voulu répondre à un contexte, celui du Centre International des Civilisations Bantoues, projet qui n’a jamais vu le jour. De ce contexte est née une démarche. C’est ce que j’ai envie de vous faire découvrir : comment à partir du graffiti qui est une pratique, peut naître une démarche artistique.
Un tag, c’est ce que vous avez déjà vu sur vos portes peut être, ou sur les murs de votre propriété. Dans le langage du graffiti, on le nomme le  « blaze” c’est-à-dire une signature, un nom de code qu’on se choisit pour s’exprimer dans la rue. Les tags sont généralement assez moches. Ils ne sont pas faits pour plaire, mais pour marquer un territoire. Par exemple, les tags de Trane ne sont pas esthétiques, mais Trane est aujourd’hui le tagueur le plus connu en France. Pourquoi? Parce que c’est le tagueur qui a le plus “déchiré” la France, c’est-à-dire qui a le plus “peint” les murs de France. C’est pour cela qu’il est le tagueur le plus connu en France. Un jeu vidéo, où il s’agit de taguer les murs, a même été créé avec son nom. Ainsi, des personnes peuvent se faire connaître dans le tag sans que l’esthétisme ne compte. Pour les tagueurs, il y a deux écoles : taguer dans le plus de lieux possibles ou rechercher une certaine esthétique de la lettre. Dans ce dernier cas, il s’agit de la quête de la proportionnalité et de la dynamique de chaque lettre, mais c’est un exercice techniquement difficile à la bombe. La signature de l’Atlas, artiste reconnu aujourd’hui dans le monde de l’Art Contemporain, l’illustre bien : il s’est servi de sa pratique de marquage de territoire dans sa démarche artistique.
Les murals, ou les fresques, ce sont les murs peints comme dans les traditions des fresquistes en Amérique du Sud, à la gloire des hommes politiques, et qui sont arrivés aux Etats-Unis pour marquer le territoire des gangs.
Le graffiti, c’est ainsi le fait de peindre ou d’écrire sur les murs, et les tags et les murals composent le graffiti. Cela fait partie d’un mouvement qui est celui du hip-hop, venu des US, qui englobe le rap, le beat-boxing, le DJaying, la danse et le graffiti.
Kouka, street art et graffitiOn parle de street art depuis des décennies pour désigner, par ce terme, toutes les pratiques qui s’inscrivent dans l’espace urbain : peintures, collages, pochoirs, sculptures, mosaïques, installations, performances, etc. Aujourd’hui, le street art, plus qu’une pratique, est devenue un mouvement artistique.
Je suis moi-même un artiste issu du mouvement street art, car j’utilise les pratiques issues du graffiti et ses codes : la valorisation du soi, la culture de l’ego, le rythme, la spontanéité (voir vidéo de la performance au M.U.R)
À travers la fresque du M.U.R., qui, sur ce cas précis était une commande, donc légale, je me suis servi des codes du graffiti et du hip-hop. Au lieu d’écrire mon « blaze », j’ai voulu faire mon auto promotion. Peindre mon portrait était le meilleur moyen pour qu’on sache qui j’étais. Je casse le paradoxe du graffeur qui agit d’habitude dans l’illégalité (*), qui se masque et appose pourtant son blaze. Autre code du hip-hop que j’ai utilisé : les mots. Sur la musique que l’on entend, c’est moi qui rappe, qui a écrit les textes dans lequel je me remets dans la peau du jeune adolescent rebelle que j’étais et  qui le scande. Par-dessus mon autoportrait, j’ai réécrit mon propre texte, ce qui est encore une façon de s’auto promotionner et de parler de soi. Par-dessus l’autoportrait, qui reste une forme de masque, s’inscrit ainsi, un auto portrait plus intime.
Sur toile, je garde cette même spontanéité, cette même brutalité du geste que celle que j’ai lorsque je peins dans la rue : celle de l’urgence, de l’appréhension du flic qui passe. Cela a donné une série de toiles, sur le thème de l’autoportrait, thème récurrent dans l’histoire de l’art; et de cette culture du « moi Je ». Le grand format est important, car il rappelle la peinture murale: une peinture réalisée à la verticale, avec des coulures, qui témoignent plus de la performance que de la recherche d’un objet fini. Le visage, tour à tour, vient devant les écritures ou le cache, jusqu’à ce que le texte devienne en lui-même une image.
Dans un texte, il y a l’importance des mots et du sens, mais aussi son rythme, la façon d’être scandé. En mettant ce texte sur une toile, c’est une manière de l’affirmer, à la bombe, comme un graffiti, illisible pour les personnes qui ne connaissent pas le texte, comme le graffiti est illisible pour les gens qui n’en connaissent pas les codes. On peut ici s’en faire sa propre interprétation à partir de mots qu’on retrouve qui existent ou pas sur la toile.
En Russie, la fresque que j’ai faite reprend une peinture du réalisme socialiste, « Lénine parlant au peuple », mais c’est mon portrait qui prend la place de Lénine, encore une manière de parler de moi, et de laisser une trace de passage. (voir image)
J’ai agi de la même manière pour la fresque réalisée à Emmaüs. Emmaüs à l’origine est le village où le Christ a été aperçu après sa crucifixion. J’ai repris la peinture du Caravage le « Repas d’Emmaüs » où je me suis représenté à la place du Christ. (voir image)
Autre type de travail, le travail commencé dans la rue comme une démarche de graffiti au sol, le travail des silhouettes. Pourquoi au sol ? Car il y avait eu un oubli de la loi. Il n’y avait pas de loi contre la peinture au sol. Des silhouettes sont comme une trace de passages, des hommages aux sans abris. On marche sur ces silhouettes sans s’en rendre compte, avec cet aspect éphémère qui leur donne leur fragilité et leur poésie. (voir images)
Je l’ai ensuite fait sur les murs au pinceau. Chose curieuse, quand on peint à la bombe, les gens n’aiment pas, cela leur rappelle le tag. Mais quand on peint avec un pinceau, les passants ne contestent plus ! Ils trouvent que c’est beau, alors que la démarche est la même : ça coule, c’est mal fini et la démarche pas forcément légale. Alors, je continue à travailler dans la rue au pinceau. J’ai continué cette série sur toile en conservant cette même énergie, cette même spontanéité, et le geste unique. J’ai utilisé aussi ces affiches vertes ou bleues utilisées dans le métro pour recouvrir le tag ou les affiches, ce qui est une belle ironie.
À HEC, lors de ma résidence, j’ai dû trouver un subterfuge pour utiliser ma démarche sans peindre sur les murs : j’ai utilisé des bâches (voir images)  accrochées aux balcons des étudiants, comme une exposition dans l’espace public. Il s’agit des regards de Pascal, Delacroix et de La Tour, ces personnages des anciens billets de Franc. Ils font un pied de nez à l’école de commerce : le regard de l’argent est porté sur le campus.
Ainsi, en reprenant les codes de ces pratiques de graffiti, je réalise ma propre démarche artistique.
Pourquoi entend-on parler autant de street art, alors que le graffiti était complètement renié ? Parce qu’il est devenu un véritable mouvement et que son développement est fortement facilité par le développement d’un réseau de communication audiovisuelle à l’échelle mondiale. D’abord, les artistes qui ont utilisé l’espace public pour diffuser leurs travaux ont investi les villes. Et au même moment où Internet est arrivé, les street artistes ont commencé à prendre les photos de leur travail pour pallier l’éphémère et conserver la trace du passage. Ainsi, les artistes qui pratiquent un art éphémère pérennisent sur Internet leur art, et le diffusent à un public élargi. Plus besoin des galeries, des musées. La rue et Internet ont inversé la tendance. Les galeries sont venues à la recherche de ces artistes. Le graffiti, le street art sont ainsi rentrés dans les galeries, dans les maisons de vente, dans les musées et donc dans l’Histoire de l’Art. Banksy a vendu récemment à 80K. C’est ainsi que le street art est devenu le dernier grand mouvement de l’Histoire de l’Art.  
Décryptage illustré par le street artiste Kouka lors du cycle de conférence 2013-2013 du cercle culturel et artistique de Wavre (Belgique) en Mars 2013
Intervention retranscrite par Artchipel | Nathie Nakarat
  • INVITATION
Kouka - L’Enfant Métis en exposition
du 14 déc. 2012 au 20 janv. 2013New Heart City Gallery - 10 rue de Picardie Paris 3èmeVernissage vendredi 14 décembre à 19h
[more Kouka]
  • INVITATION
Kouka - L’Enfant Métis en exposition
du 14 déc. 2012 au 20 janv. 2013New Heart City Gallery - 10 rue de Picardie Paris 3èmeVernissage vendredi 14 décembre à 19h
[more Kouka]
  • INVITATION
Kouka - L’Enfant Métis en exposition
du 14 déc. 2012 au 20 janv. 2013New Heart City Gallery - 10 rue de Picardie Paris 3èmeVernissage vendredi 14 décembre à 19h
[more Kouka]
  • INVITATION
Kouka - L’Enfant Métis en exposition
du 14 déc. 2012 au 20 janv. 2013New Heart City Gallery - 10 rue de Picardie Paris 3èmeVernissage vendredi 14 décembre à 19h
[more Kouka]
INVITATION
Kouka - L’Enfant Métis en exposition
du 14 déc. 2012 au 20 janv. 2013New Heart City Gallery - 10 rue de Picardie Paris 3èmeVernissage vendredi 14 décembre à 19h
[more Kouka] INVITATION
Kouka - L’Enfant Métis en exposition
du 14 déc. 2012 au 20 janv. 2013New Heart City Gallery - 10 rue de Picardie Paris 3èmeVernissage vendredi 14 décembre à 19h
[more Kouka]